Une étude révèle que le secteur du bâtiment doit changer pour atteindre les objectifs mondiaux en matière d’énergie

27.04.2009
 

Un nouveau modèle conçu par le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (World Business Council for Sustainable Development, WBCSD) révèle que la consommation d'énergie dans les immeubles peut être réduite de 60 % d'ici à 2050 - condition essentielle pour le respect des objectifs mondiaux en matière de changement climatique - mais qu'une action immédiate est indispensable pour transformer le secteur du bâtiment. Tel est le principal message du rapport issu du projet de recherche sur l'efficacité énergétique des bâtiments, de 15 millions de dollars sur 4 ans, initié par le WBCSD, dans le cadre de l'étude la plus rigoureuse jamais réalisée sur ce sujet.
Le rapport sur l'efficacité énergétique des bâtiments intitulé "Transforming the Market: Energy Efficiency in Buildings" (Transformer le marché : efficacité énergétique des bâtiments), son modèle de simulation unique en son genre et une feuille de route pour transformer le secteur du bâtiment ont été présentés ce jour à Paris lors du Forum mondial sur l'efficacité énergétique de l'Alliance to Save Energy. Le rapport sera également publié à Washington, D.C. et à Pékin.

 

« L'efficacité énergétique est rapidement devenue l'un des grands enjeux de notre époque et les bâtiments en sont une des composantes majeures. Ils consomment plus d'énergie que tout autre secteur et contribuent donc dans une large mesure au changement climatique », souligne Björn Stigson, président du WBCSD.

« Sans mesures immédiates, des milliers de nouveaux bâtiments seront construits sans aucune considération pour l'efficacité énergétique et des millions de bâtiments existants consommant plus d'énergie que nécessaire seront toujours présents en 2050. Agir maintenant implique de réduire leur consommation énergétique et de faire de réels progrès en faveur de la lutte contre le changement climatique ».
« Le marché ne pourra pas à lui seul introduire les changements nécessaires. La plupart des propriétaires et occupants de bâtiments ne sont pas assez informés sur la consommation d'énergie et ne s'en soucient pas suffisamment. Cette inertie est renforcée par les affirmations selon lesquelles les coûts sont trop élevés et les économies trop faibles. C'est pourquoi nous appelons à fournir un effort important, coordonné et mondial. Si nous pouvons faire cela, nous réduirons les émissions de gaz à effet de serre et stimulerons parallèlement la croissance économique », explique-t-il.

Le projet a adopté une approche micro-économique basée sur des mécanismes de marché pour comprendre quelles sont les barrières à la réduction de la consommation d'énergie, en s'appuyant sur l'analyse la plus détaillée de l'état actuel de la demande énergétique dans les bâtiments. La consommation d'énergie par type de bâtiment a été analysée pour des millions de constructions existantes et neuves puis extrapolée pour l'année 2050, en tenant compte de critères tels que le climat et les conceptions des bâtiments. Grâce à des simulations, les chercheurs ont été en mesure de montrer quelle est la réponse du marché face à diverses combinaisons d'options financières, techniques, comportementales et réglementaires, identifiant ainsi la combinaison optimale pour parvenir à une transformation de chaque marché examiné. Le rapport issu de ce projet formule six recommandations principales :

  • Renforcer la réglementation thermique et les labels afin de permettre une meilleure information
  • Inciter les investissements en efficacité énergétique
  • Encourager les approches globales et les innovations
  • Développer et utiliser des technologies de pointe qui pour faciliter les comportements économes en énergie
  • Développer une mains d'œuvre pour les économies d'énergie
  • Mobiliser en faveur d'une culture consciente des enjeux énergétiques

Le détail de « la feuille de route de la transformation » proposée pour le secteur du bâtiment peut être consulté dans le rapport disponible en anglais sur le site Web du WBCSD, à l'adresse www.wbcsd.org. Une version papier et des versions multilingues seront également disponibles dans les mois à venir.

Notes à l'attention des rédacteurs

Une version à diffusion restreinte du rapport au format PDF peut être consultée à l'adresse suivante : http://www.wbcsd.org/web/eeb/Energyefficiencyinbuilding.pdf. Le projet de recherche sur l'efficacité énergétique des bâtiments couvre les immeubles résidentiels et commerciaux dans les pays/régions suivantes : Brésil, Chine, Etats-Unis, Europe, Inde, Japon

  • Ces six pays/régions réunis consomment environ deux tiers de la production énergétique mondiale.
  • Les constructions nouvelles et existantes sont intégrées à ce projet qui est suivi par un groupe d'assurance de six experts externes dirigés par Klaus Töpfer, ancien directeur du PNUE (Programme des Nations Unies pour l'Environnement).
  • Lafarge et United Technologies Corporation co-président le projet et travaillent en collaboration avec un directeur de projet du WBCSD. Les douze autres sociétés participantes sont Actelios, ArcelorMittal, Bosch, CEMEX, DuPont, EDF Group, GDF SUEZ, Kansai Electric Power Company, Philips, Skanska, Sonae Sierra et Tokyo Electric Power Company (TEPCO).

À propos du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable
Le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (World Business Council for Sustainable Development, WBCSD) est un groupement international unique de quelque 200 entreprises présidé par un directeur général, qui œuvre exclusivement pour le développement économique et durable. Le Conseil propose aux entreprises une plate-forme pour explorer les perspectives de développement durable, partager des connaissances, des expériences, ainsi que les bonnes pratiques, et défendre des positions sur ces questions dans un ensemble de forums, en collaboration avec les gouvernements, des ONG et des organisations intergouvernementales. www.wbcsd.org

Pour en savoir plus, veuillez contacter :
Suisse :
Moira O'Brien-Malone, Relations presse, WBCSD, téléphone +41 22 8393 156, mobile +41 79 377 7958, obm@wbcsd.org
Chine :
Heidi Wang, Pegasus Communications, téléphone +86 10 5869 3376 ext. 606, mobile +86 138 1107 0637, heidi.wang@realpegasus.com
États-Unis :
Steve Hirsh, Glover Park Group, téléphone +1 202 741 5564, mobile +1 202 441 1516, shirsh@gloverparkgroup.com
Catherine Yang, Glover Park Group, téléphone +1 202 295 0111, mobile +1 240 381 5026, cyang@gloverparkgroup.com
Europe :
Kristina Crowe, EURO RSCG Biss Lancaster, téléphone +44 20 7257 9821, mobile +44 78 4127 9859, kristina.crowe@bisslancaster.com

David Morris, EURO RSCG Biss Lancaster, téléphone +44 20 7467 9232, mobile +44 7957 200 458, david.morris@bisslancaster.com

 
 
  • Le communiqué de presse (pdf, 48.05 Ko)
  • The EEB report - 2009 (pdf, 6.43 Mo)
  • EEB et les partenariats de construction durable (, 0 octet)
  • EEB et les partenariats de construction durable (, 0 octet)