Résultats au 31 mars 2013

NYSE Euronext Paris : LG
07.05.2013
 
Premier trimestre traditionnellement bas affecté par des conditions météorologiques défavorables

100 M€ de contribution à l’EBITDA au premier trimestre par nos actions de performance et d'innovation, en ligne avec notre objectif annuel

Chiffres clés du premier trimestre

  • Chiffre d'affaires en baisse de 6 % à 3 136 M€ (-4 % à taux de change et périmètre constants)
  • EBITDA en recul de 26 % à 380 M€ (-19 % à taux de change et périmètre constants)
  • Résultat d'exploitation courant en repli de 53 % à 124 M€ (-38 % à taux de change et périmètre constants)
  • Résultat net part du Groupe à -117 M€ (-0,41 € par action), contre -60 M€ au T1 2012 (-0,21 € par action)

Les résultats du premier trimestre sont marqués par la saisonnalité de l'activité. Ils ne sont pas représentatifs de l'année et se traduisent traditionnellement par des résultats plus faibles comparés aux autres trimestres de l'année.

Faits marquants du Groupe

  • Les résultats du premier trimestre reflètent des volumes pénalisés par des conditions météorologiques particulièrement défavorables, une limitation temporaire des niveaux de production en Egypte et en Algérie, et deux jours ouvrés de moins sur le trimestre comptant pour un tiers de la baisse des volumes.
  • En réponse à l'inflation des coûts, le Groupe a mis en œuvre des actions sur les prix qui se sont renforcées au cours du trimestre, et dont il tirera pleinement les bénéfices sur les prochains mois.
  • Les actions performance et innovation ont contribué respectivement pour 60 millions et 40 millions d'euros d'EBITDA au cours du trimestre, en dépit de volumes faibles. Le Groupe est en ligne avec son objectif de 650 millions d'euros d'EBITDA supplémentaires sur l'année.
  • L'endettement net a été réduit de 0,6 milliard d'euros au 31 mars par rapport au premier trimestre 2012. Il est toutefois en légère hausse par rapport au 31 décembre 2012 en raison des variations saisonnières normales du besoin en fonds de roulement. Le Groupe continue à progresser vers la réalisation de son objectif de réduction de la dette. La cession récente de notre cimenterie en Ukraine porte à 1 milliard d'euros le montant des cessions que nous avons sécurisées depuis le 1er janvier 2012.

Bruno Lafont, Président-Directeur Général de Lafarge, a déclaré :

« Le premier trimestre représente traditionnellement une faible contribution à nos résultats, et ne préfigure pas des résultats de l'année entière. Nos perspectives restent inchangées, et nous continuons à anticiper une croissance de la demande de ciment sur nos marchés comprise entre 1 et 4 % en 2013.

Dans ce contexte, nous avons concentré nos efforts sur les leviers qui dépendent de nous. Des hausses de prix dont nous bénéficierons pleinement dans les mois à venir, ont été mises en œuvre sur la plupart de nos marchés. Les 100 millions d'euros d'EBITDA obtenus au cours du trimestre par nos actions performance et innovation, sont en ligne avec notre objectif de 650 millions d'euros sur 2013.

Je suis confiant en notre capacité à réaliser la majeure partie de notre plan 2012-2015 visant à accroître l'EBITDA de 1,75 milliard d'euros par des actions performance et innovation dès fin 2014, soit avec près d'un an d'avance sur notre objectif initial. De plus, nous réduirons l'endettement net à moins de 10 milliards d'euros le plus rapidement possible en 2013. »

Perspectives

Le Groupe continue à anticiper une demande de ciment en hausse et une croissance de ses marchés comprise entre 1 et 4 % en 2013 par rapport à 2012. Les marchés émergents restent le principal moteur de croissance de la demande. Lafarge en bénéficiera grâce à la qualité et à la très bonne diversification géographique de ses actifs.

Les prix augmenteront sur l'année 2013, et l'inflation des coûts devrait se poursuivre, mais à un rythme plus modéré qu'en 2012.

Le Groupe a pour objectif de réduire la dette nette en dessous de 10 milliards d'euros le plus tôt possible en 2013. Le montant des investissements pour 2013 sera initialement limité à 800 millions d'euros. Tout en maintenant cet objectif de réduction de l'endettement, des cessions supplémentaires pourraient conduire à une révision de ces investissements à la hausse.

Comptes consolidés au 31 mars 2013

Le Conseil d'Administration de Lafarge, réuni le 6 mai 2013 sous la Présidence de Bruno Lafont, a approuvé les comptes au 31 mars 2013. L'examen limité des comptes consolidés intermédiaires condensés de Lafarge par les commissaires aux comptes a fait l'objet d'un rapport figurant dans le rapport financier trimestriel.

Comptes consolidés
  Premier trimestre
  2013 2012 (3) Variation
Brut À taux de change et périmètre constants
Volumes        
Ciment (millions de tonnes) 28,7 31,3 -8 % -6 %
Granulats (millions de tonnes) 32,9 33,2 -1 % -7 %
Béton prêt à l’emploi (million de m3) 6,7 7,1 -6 % -3 %
Résultats (millions €)        
Chiffre d'affaires 3 136 3 353 -6 % -4 %
EBITDA(1) 380 511 -26 % -19 %
Marge brute d'exploitation (%) 12,1 % 15,2 %    
Résultat d'exploitation courant 124 262 -53 % -38 %
Résultat net part du Groupe (117) (60)    
Résultat net par action (en €)(2) (0,41) (0,21)    
Cash Flow Libre(1) (297) (434) 32 %  
Endettement net du Groupe 11 812 12 364 -4 %  
(1) L'EBITDA se définit comme le résultat d'exploitation courant avant dépréciation et amortissement des actifs corporels et incorporels. Le cash flow libre se définit comme les flux nets de trésorerie liés aux opérations d'exploitation des activités poursuivies après déduction des investissements de maintien. Ces données financières ne sont pas définies par les IFRS.

(2) Le nombre moyen d'actions en circulation s'élevait à 287,1 millions au premier trimestre 2013 et à 287,0 millions au premier trimestre 2012.

(3) Les données 2012 ont été ajustées suite à l'application d'IAS 19 révisée.

EBITDA(*) par région

Résultat d'exploitation courant par régions
(M€) Premier trimestre
  2013 2012 Variation
Amérique du Nord (12) (42) 71 %
Europe Occidentale 5 82 -94 %
Europe Centrale et de l’Est (35) (14)  
Moyen-Orient & Afrique 246 317 -22 %
Amérique Latine 51 59 -14 %
Asie 125 109 15 %
TOTAL 380 511 -26 %
(*) L'EBITDA se définit comme le résultat d'exploitation courant avant dépréciation et amortissement des actifs corporels et incorporels. Cette donnée financière n'est pas définie par les IFRS.

Evolution du chiffre d'affaires et des résultats

Les volumes sont en baisse au cours du trimestre, notamment en raison d'un hiver particulièrement long en Europe et en Amérique du Nord, d'une base de comparaison défavorable au T1 2012 et d'un nombre de jours ouvrés moins élevé de deux jours en moyenne. Une interruption de la production en Algérie pendant 10 jours, aujourd'hui résolue, et une pénurie de gaz en Egypte, pour laquelle le Groupe s'emploie activement à trouver des solutions, ont amplifié cette tendance.

Le chiffre d'affaires consolidé s'est inscrit en repli de 4 % à périmètre et taux de change constants, les hausses de prix mises en œuvre dans l'ensemble de nos lignes de produit en réponse à l'inflation des coûts ayant atténué l'impact de la baisse des volumes.

À périmètre et à taux de change constants, l'EBITDA est en baisse de 19 %, les actions de performance et d'innovation et les hausses de prix ayant en partie contrebalancé l'impact de la baisse des volumes et de l'inflation des coûts. Le Groupe n'a pas vendu de crédits carbone au premier trimestre 2013, alors qu'il en avait vendu pour 22 millions d'euros au premier trimestre 2012. Cet effet a été compensé par un gain de 20 millions d'euros lié à la décision du management de revoir le système des régimes de retraites en Amérique du Nord.

La perte nette part du Groupe, à -117 millions d'euros pour le trimestre, reflète le caractère fortement saisonnier de notre activité.

La dette nette a diminué de 0,6 milliard d'euros par rapport à l'année dernière, et s'inscrit en légère hausse depuis le 31 décembre 2012, ce qui est lié aux variations saisonnières habituelles du besoin en fonds de roulement.

Désinvestissements et investissements

Le montant perçu par le Groupe au titre des désinvestissements s'élève à 132 millions d'euros au cours du trimestre, et intègre notamment une partie des produits de la cession de nos actifs au Royaume-Uni et de nos carrières de granulats situées en Géorgie aux Etats-Unis. La cession de notre activité en Ukraine annoncée le 26 avril, porte à 1 milliard d'euros le montant des cessions que nous avons sécurisées depuis le 1er janvier 2012, sur lesquels 600 millions d'euros ont été perçus à ce jour. Les 400 millions d'euros restant seront reçus d'ici fin 2013 et viendront en réduction de la dette, et nous procéderons à d'autres désinvestissements créateurs de valeur.

Le montant total des investissements s'est élevé à 296 millions d'euros pour le trimestre.

  • Les investissements de maintien sont stables à 53 millions d'euros.
  • Les investissements de développement se sont élevés à 243 millions d'euros au premier trimestre 2013. Ils sont liés aux projets de nouvelles cimenteries en cours en Russie et en Inde ainsi qu'aux nouvelles stations de broyage aux Philippines, en Algérie et au Brésil, bénéficiant d'un retour sur investissement rapide.

Nous continuerons à saisir les opportunités de croissance en tirant parti de la diversification exceptionnelle de notre portefeuille avec des investissements ciblés. Cela se traduira par des projets d'augmentation de capacité sur des sites existants (dégoulottage ou construction de nouvelle ligne) dans des marchés émergents tels que l'Inde ou l'Irak, ou encore en Amérique du Nord pour tirer pleinement parti de la reprise de ce marché, avec notamment le projet d'expansion de notre cimenterie d'Exshaw près de Calgary et la rénovation de notre site de Ravena, dans le Nord-Est des Etats-Unis, qui approvisionne le marché new-yorkais.

Informations complémentaires

La présentation aux analystes des résultats et le rapport financier trimestriel, qui comprend le rapport d'activité et les comptes consolidés condensés sont disponibles sur ce site internet.

Informations pratiques

Une réunion d'information pour les analystes, animée par Jean-Jacques Gauthier, Directeur général adjoint, Finance, aura lieu le 7 mai 2013 à 9h00, heure locale. La présentation se tiendra en anglais, avec un support visuel disponible sur ce site internet.

Cette réunion sera retransmise en direct sur le site internet de Lafarge et pourra être également suivie par téléphone :
- depuis la France : 01 70 48 01 66
- depuis le Royaume-Uni et l'international : +44(0)20 3140 8286
- depuis les Etats-Unis : +1646 254 3365

Vous aurez la possibilité de réécouter cette conférence sur le site internet de Lafarge ou par téléphone jusqu'au 15 mai 2013 à minuit en composant :
- depuis la France : 01 74 20 28 00 (code: 2841601#)
- depuis le Royaume-Uni et l'international : +44 (0)20 3427 0598 (code: 2841601#)
- depuis les Etats-Unis : +1 347 366 9565 (code: 2841601#)

La prochaine publication de résultats de Lafarge - résultats du 2ème trimestre 2013 - aura lieu le 26 juillet 2013 (avant l'ouverture du marché NYSE Euronext).

Informations générales

Leader mondial des matériaux de construction, Lafarge a réalisé un chiffre d'affaires de 15,8 milliards d'euros en 2012, avec une présence dans 64 pays et 65 000 collaborateurs. Acteur majeur dans ses activités Ciment, Granulats & Bétons, il contribue à la construction des villes dans le monde entier avec des solutions innovantes pour les rendre plus accueillantes, plus compactes, plus durables, plus belles et mieux connectées. Doté du premier centre de recherche au monde sur les matériaux de construction, Lafarge place l'innovation au cœur de ses préoccupations, au service de la construction durable et de la créativité architecturale. Depuis 2010, le Groupe fait partie de l'indice Dow Jones Sustainability World, classement mondial de référence des grandes entreprises en matière de performance dans le Développement Durable.

Avertissement important - déclarations prospectives :

Ce document contient des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives constituent soit des tendances, soit des objectifs, et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Elles portent notamment sur des plans, initiatives, événements, produits, solutions et services, leur développement et potentiel. Bien que Lafarge estime que ces déclarations prospectives reposent sur des hypothèses raisonnables à la date de publication du présent document, les investisseurs sont alertés sur le fait qu'elles ne constituent pas des garanties quant à la performance future. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, dont la plupart sont difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de Lafarge, et notamment les risques décrits dans le Document de Référence de Lafarge disponible sur son site Internet (www.lafarge.com) et les incertitudes liées aux conditions de marché et à la mise en œuvre de nos plans. En conséquence, toute précaution doit être prise dans l'utilisation de ces déclarations prospectives. Lafarge ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces déclarations prospectives.

Des informations plus complètes sur Lafarge peuvent être obtenues sur ce site internet, notamment sur la page :
Information réglementée

Ce document ne constitue pas une offre de vente ou la sollicitation d'une offre d'achat de titres Lafarge.

 

Documents

  • Le communiqué de presse (pdf, 99.05 Ko)
  • Le rapport financier (pdf, 1.35 Mo)
  • The slides for the analyst presentation (pdf, 901.45 Ko)