Résultats au 30 septembre 2013

NYSE Euronext Paris : LG
06.11.2013
 
Ebitda du T3 en hausse de 4 % à périmètre et taux de change constants
Endettement net en baisse de 1,3 Md€ sur un an
Confirmation des objectifs 2013-2014
réduction de coûts, innovation et réduction de la dette nette
Nouvel objectif réduction de coûts et innovation de 1,1 Md€ sur 2015-2016

Chiffres clés du troisième trimestre

  • Chiffre d'affaires en baisse de 4 % à 4 236 M€, en hausse de
    4 % à périmètre et taux de change constants
  • Ebitda en recul de 6 % à 1 007 M€, en hausse de
    4 % à périmètre et taux de change constants
  • Résultat d'exploitation courant en baisse de 7 % à 755 M€, en hausse de 5 % à périmètre et taux de change constants
  • Résultat net part du Groupe stable à 304 M€ (1,06 € par action)

Chiffres clés sur neuf mois

  • Chiffre d'affaires en baisse de 4 % à 11 484 M€, stable à périmètre et taux de change constants
  • Ebitda en recul de 10 % à 2 309 M€, et de 3 % à périmètre et taux de change constants
  • Résultat d'exploitation courant en baisse de 15 % à 1 546 M€ et de 5 % à périmètre et taux de change constants
  • Résultat net part du Groupe en hausse de 38 % à 388 M€
    (1,35 € par action)

Faits marquants du Groupe

  • Sur le troisième trimestre, la progression des volumes a été continue, sous l'effet conjugué de la croissance qui se poursuit dans la plupart des marchés émergents, de la reprise aux Etats-Unis, et de la stabilisation de l'Europe à un faible niveau. Le troisième trimestre a été marqué par l'effet défavorable des taux de change avec pour conséquence un impact négatif de
    7 % sur le chiffre d'affaires et sur l'Ebitda (-286 millions d'euros et -67 millions d'euros respectivement sur le trimestre).
  • L'Ebitda du troisième trimestre est en progression de 4 % à périmètre et taux de change constants, soutenu notamment par une bonne performance en Amérique du Nord, au Moyen-Orient/Afrique et en Asie. La marge brute d'exploitation s'est améliorée de 50 points de base à périmètre et taux de change constants, et hors impact des ventes de crédits carbone. Elle a bénéficié de la hausse des volumes, de la résistance des prix, et de l'accélération des mesures de réduction de coûts et d'innovation, qui ont généré respectivement 130 millions et 80 millions d'euros d'Ebitda additionnel sur le trimestre. Sur les neuf premiers mois de l'année, ces mesures ont atteint un total de 470 millions d'euros (dont 290 millions d'euros de réduction de coûts et 180 millions d'euros grâce à l'innovation) et le Groupe est en ligne avec ses objectifs.
  • L'endettement net, qui s'élève à 10,9 milliards d'euros au 30 septembre, a été réduit de 1,3 milliard d'euros par rapport au 30 septembre 2012 et de 0,9 milliard d'euros sur le trimestre, notamment grâce à des cessions réalisées à des multiples attractifs.
  • Le Groupe confirme son objectif de réaliser son plan 2012-2015 dès fin 2014, avec au moins 600 millions d'euros d'Ebitda additionnel en 2014 grâce à la réduction de coûts et à l'innovation.
  • Au-delà, le Groupe annonce de nouveaux objectifs, prévoyant de générer au moins 1,1 milliard d'euros d'Ebitda additionnel en 2015-2016 grâce à ses actions en matière de réductions de coûts (pour 600 millions d'euros) et en matière d'innovation (pour 500 millions d'euros), soit un objectif de 550 millions d'euros par an au minimum.

Bruno Lafont, Président-Directeur Général de Lafarge, a déclaré :

« Dans un environnement marqué par l'amélioration des tendances de volumes et par des effets de change défavorables, nous avons progressé dans la mise en œuvre de notre plan stratégique au troisième trimestre. Notre endettement net a été réduit de plus d'un milliard d'euros par rapport à fin septembre 2012 et nos mesures en matière de réduction de coûts et d'innovation sont en ligne avec notre objectif 2013. Nous avons accéléré et finaliserons notre plan de réduction de coûts et d'innovation 2012-2015 dès fin 2014, soit avec un an d'avance sur notre objectif initial. Bénéficiant de la dynamique créée par ce plan, nous annonçons aujourd'hui de nouveaux objectifs de réduction de coûts et d'innovation pour 2015-2016, avec un objectif d'Ebitda additionnel sur deux ans d'au moins 1,1 milliard d'euros.

Combinées à une stricte discipline en matière d'allocation du capital, ces mesures renforceront notre structure financière et nous permettront de retrouver le plus rapidement possible un statut « investment grade ». La dette nette sera réduite à moins de 10 milliards d'euros en 2013 et à moins de 9 milliards d'euros en 2014.

Au-delà, notre stratégie vise à tirer pleinement bénéfice de nos trois leviers de croissance organique : la poursuite de la croissance dans les pays émergents, l'accélération de la croissance par l'innovation et la reprise progressive dans les pays développés. Le Groupe est idéalement placé pour capturer ce potentiel en s'appuyant à la fois sur son portefeuille très équilibré d'actifs de grande qualité et sur son avantage compétitif en matière d'innovation, qui lui permet de développer une offre de produits et services à forte valeur ajoutée et répondant aux besoins en mutation de nos clients. Toutes nos actions ont pour objectif la croissance des ventes, des cash-flows et de la rentabilité de nos actifs, et notre priorité est de créer durablement de la valeur pour nos actionnaires. »

Perspectives

Lafarge prévoit une croissance globale de la demande de ciment comprise entre 0 et 3 % sur ses marchés en 2013 par rapport à 2012, ce qui induit une amélioration des tendances au deuxième semestre par rapport au premier semestre, alors que la reprise se confirme aux Etats-Unis, que la croissance sur la plupart des marchés émergents continue et que l'Europe se stabilise à un niveau faible.

Les prix sont attendus en hausse sur l'année 2013. L'inflation des coûts se poursuit, mais à un rythme plus modéré qu'en 2012, grâce à la baisse des prix du charbon et du coke de pétrole et plus généralement à une inflation plus faible dans les pays développés.

Les actions en matière de réduction de coûts et d'innovation devraient permettre de générer 650 millions d'euros d'Ebitda additionnel en 2013.
Comme indiqué précédemment, le Groupe se donne pour objectif de réduire son endettement net à moins de 10 milliards d'euros en 2013 et à moins de 9 milliards d'euros en 2014.

Comptes consolidés au 30 septembre 2013

Le conseil d'administration de Lafarge, réuni le 5 novembre 2013 sous la présidence de Bruno Lafont, a approuvé les comptes au 30 septembre 2013. L'examen limité des comptes consolidés intermédiaires condensés de Lafarge par les commissaires aux comptes a fait l'objet d'un rapport figurant dans le rapport financier trimestriel.

Comptes consolidés
(M€) Troisième trimestre Neuf mois
  2013 2012 (3) Variation 2013 2012 (3) Variation
Brute À taux de change et périmètre constants Brute À taux de change et périmètre constants
Volumes                
Ciment (millions de tonnes) 36,7 36,6 - 3 % 101,9 106,3 -4 % -2 %
Granulats (millions de tonnes) 59,8 57,0 5 % 5 % 143,6 141,2 2 % -
Béton prêt à l’emploi (million de m3) 8,2 8,3 -1 % 1 % 23,2 24,0 -3 % -1 %
Résultats (millions d’euros)                
Chiffre d'affaires 4 236 4 393 -4 % 4 % 11 484 12 007 -4 % -
EBITDA (1) 1 007 1 066 -6 % 4 % 2 309 2 579 -10 % -3 %
Marge brute d'exploitation (%) 23,8 % 24,3 % -50 pb +50 pb (4) 20,1 % 21,5 % -140 pb -20 pb (4)
Résultat d'exploitation courant 755 810 -7 % 5 % 1 546 1 822 -15 % -5 %
Résultat net part du Groupe 304 303 -   388 282 38 %  
Résultat par action (€) (2) 1,06 1,05 1%   1,35 0,98 38 %  
Cash Flow Libre (1) 492 523 -6 %   360 211 71 %  
Endettement net         10 944 12 202 -10 %  
(1) L'EBITDA se définit comme le résultat d'exploitation courant avant dépréciation et amortissement des actifs corporels et incorporels. Le cash-flow libre se définit comme les flux nets de trésorerie liés aux opérations d'exploitation des activités poursuivies après déduction des investissements de maintien. Ces indicateurs financiers sont des mesures non comptables.

(2) Le nombre moyen d'actions en circulation s'élevait à 287,3 millions et 287,1 millions aux troisièmes trimestres 2013 et 2012, respectivement, et à 287,2 et à 287,1 millions sur les neuf premiers mois de l'année 2013 et 2012, respectivement.

(3) Les données 2012 ont été ajustées suite à l'application d'IAS 19 révisée.

(4) Les ventes de crédit carbone ne sont pas prises en compte dans le calcul des marges à périmètre et taux de change constants.

EBITDA(*) par région

Résultat d'exploitation courant par régions
(M€) Troisième trimestre Neuf mois
  2013 2012 Variation 2013 2012 Variation
Brute À taux de change et périmètre constants Brute À taux de change et périmètre constants
Amérique du Nord 288 270 7 % 23 % 417 398 5 % 21 %
Europe occidentale 110 146 -25 % -26 % 260 401 -35 % -33 %
Europe centrale et de l’Est 106 127 -17 % -16 % 151 214 -29 % -29 %
Moyen-Orient et Afrique 306 301 2 % 11 % 856 947 -10 % -3 %
Amérique Latine 63 82 -23 % -6 % 185 211 -12 % -2 %
Asie 134 140 -4 % 8 % 440 408 8 % 14 %
TOTAL 1 007 1 066 -6 % 4 % 2 309 2 579 -10 % -3 %
(*) Le résultat brut d'exploitation (ou « EBITDA ») est défini comme le résultat d'exploitation courant avant dépréciation et amortissement des actifs corporels et incorporels. Cet indicateur financier est une mesure non comptable.

Evolution du chiffre d'affaires et des résultats financiers

Les volumes progressent sur le troisième trimestre, soutenus par la poursuite de la croissance dans la plupart des marchés émergents dans lesquels le Groupe est présent, ainsi que par le rattrapage constaté aux Etats-Unis, où la reprise se matérialise après un premier semestre pénalisé par de mauvaises conditions météorologiques dans les régions où nous opérons.

Le chiffre d'affaires consolidé est en baisse de 4 % au troisième trimestre, affecté par des variations de change défavorables. A périmètre et taux de change constants, il a progressé de 4 %, grâce à la hausse des volumes et aux hausses de prix mises en œuvre dans l'ensemble de nos lignes de produits, en réponse à l'inflation des coûts.

Les variations de change défavorables ont également pesé sur l'Ebitda, notamment au Brésil, en Inde, en Afrique du Sud et au Canada. A périmètre et taux de change constants, l'Ebitda est en hausse de 4 % au troisième trimestre. Nos actions de réduction de coûts et d'innovation ont plus que compensé l'inflation des coûts, l'impact négatif de 28 millions d'euros résultant de la réduction de nos stocks sur le trimestre, et l'absence de ventes de crédit carbone au troisième trimestre 2013 (23 millions d'euros au troisième trimestre 2012). Les prix du ciment, stables entre les deuxième et troisième trimestres 2013, sont en progression de 2 % sur les neuf premiers mois de l'année. Le Groupe a poursuivi une politique active de hausses de prix, l'impact sur l'Ebitda de cette stratégie ayant toutefois été limité par des ajustements de prix dans un nombre restreint de pays et par des effets de mix défavorables.

Le résultat net part du Groupe du trimestre, à 304 millions d'euros, est resté stable par rapport au troisième trimestre 2012, malgré l'impact négatif des variations de change sur l'Ebitda et l'absence de ventes de crédit carbone.

L'endettement net, qui s'élève à 10,9 milliards d'euros, a été réduit de 1,3 milliard d'euros par rapport au 30 septembre 2012. Malgré l'impact habituel de la saisonnalité, il a diminué de 0,4 milliard d'euros par rapport au 31 décembre 2012. Cette réduction reflète notre discipline rigoureuse en matière d'investissement et les cessions effectuées, ainsi que les résultats de nos efforts d'optimisation du besoin en fonds de roulement, grâce notamment à la réduction des stocks. Par rapport au 30 septembre 2012, le besoin en fonds de roulement, exprimé en nombre de jours de chiffre d'affaires, a été réduit de 6 jours, ce qui constitue un point bas historique à cette époque de l'année.

Désinvestissements et investissements

Le montant perçu par Lafarge sur le trimestre au titre des désinvestissements s'élève à 0,9 milliard d'euros, provenant notamment de la cession de ses activités plâtre aux Etats-Unis (0,5 milliard d'euros) et de la cession de ses activités ciment en Ukraine (0,1 milliard d'euros) réalisées à des multiples attractifs. Les désinvestissements comprennent également les 0,2 milliard d'euros reçus de notre nouveau partenaire en Inde pour participer à la croissance de nos activités dans ce pays. Depuis le début de l'année, le montant perçu au titre des désinvestissements s'élève à 1 milliard d'euros. Avec les récents désinvestissements annoncés, le Groupe a sécurisé, depuis le 1er janvier 2012, un montant de cessions de 1,7 milliard d'euros* . Les désinvestissements créateurs de valeur seront poursuivis.

Le montant total des investissements s'est élevé à 237 millions d'euros pour le trimestre.

  • Les investissements de maintien se sont élevés à 94 millions d'euros.
  • Les investissements de développement se sont élevés à 143 millions d'euros au troisième trimestre 2013. Ce montant inclut les investissements réalisés dans nos usines d'Exshaw (Canada Ouest) et de Ravena (Etat de New York, Etats-Unis) ainsi que dans nos projets de nouvelles cimenteries à Kaluga (Russie) et au Rajasthan (Inde).

Notre usine au Rajasthan (2,6 millions de tonnes) a été mise en service et les opérations ont débuté en octobre. Grâce aux investissements réalisés en matière de productivité industrielle (opérations de « dégoulottage »), nous démarrons également des capacités supplémentaires aux Philippines, au Brésil (Rio de Janeiro) et en Algérie (capacité totale de 1,8 million de tonnes). Ces capacités montent progressivement en puissance et soutiennent la croissance en volumes enregistrée dans ces pays.

A plus long terme, le Groupe poursuivra son développement en tirant parti de la diversification exceptionnelle de son portefeuille en réalisant des investissements ciblés sur ses marchés clés.

* Hors 0,2 Md€ d'augmentation de capital souscrite par notre nouveau partenaire en Inde au T3 2013.

Informations complémentaires

La présentation aux analystes des résultats et le rapport financier trimestriel, qui comprend le rapport d'activité et les comptes consolidés condensés, sont disponibles sur ce site internet de Lafarge.

Informations pratiques:

Une réunion d'information pour les analystes aura lieu le 6 novembre 2013 à 9h00, heure locale. La présentation se tiendra en anglais, avec un support visuel disponible sur ce site internet de Lafarge.

 

Cette réunion sera retransmise en direct sur le site internet de Lafarge et pourra être également suivie par téléphone :
- depuis la France : 01 76 77 22 22
- depuis le Royaume-Uni et l'international : +44(0)20 3427 1904
- depuis les Etats-Unis : +1 212 444 0481

Vous aurez la possibilité de réécouter cette conférence sur le site internet de Lafarge ou par téléphone jusqu'au 13 novembre 2013 à minuit en composant :
- depuis la France : 01 74 20 28 00 (code: 9397705#)
- depuis le Royaume-Uni et l'international : +44 (0)20 3427 0598 (code: 9397705#)
- depuis les Etats-Unis : +1 347 366 9565 (code: 9397705#)

La prochaine publication de résultats de Lafarge - résultats annuels 2013 - aura lieu le 19 février 2014 (avant l'ouverture du marché NYSE Euronext Paris).

Informations générales

Leader mondial des matériaux de construction, Lafarge a réalisé un chiffre d'affaires de 15,8 milliards d'euros en 2012, avec une présence dans 64 pays et 65 000 collaborateurs. Acteur majeur dans ses activités Ciment, Granulats & Bétons, il contribue à la construction des villes dans le monde entier avec des solutions innovantes pour les rendre plus accueillantes, plus compactes, plus durables, plus belles et mieux connectées. Doté du premier centre de recherche au monde sur les matériaux de construction, Lafarge place l'innovation au cœur de ses préoccupations, au service de la construction durable et de la créativité architecturale. Depuis 2010, le Groupe fait partie de l'indice Dow Jones Sustainability World, classement mondial de référence des grandes entreprises en matière de performance dans le Développement Durable.

Avertissement important - déclarations prospectives :

Ce document contient des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives constituent soit des tendances, soit des objectifs, et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Elles portent notamment sur des plans, initiatives, événements, produits, solutions et services, leur développement et potentiel. Bien que Lafarge estime que ces déclarations prospectives reposent sur des hypothèses raisonnables à la date de publication du présent document, les investisseurs sont alertés sur le fait qu'elles ne constituent pas des garanties quant à la performance future. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, dont la plupart sont difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de Lafarge, et notamment les risques décrits dans le Document de Référence de Lafarge disponible sur son site Internet (www.lafarge.com) et les incertitudes liées aux conditions de marché et à la mise en œuvre de nos plans. En conséquence, toute précaution doit être prise dans l'utilisation de ces déclarations prospectives. Lafarge ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces déclarations prospectives.

Des informations plus complètes sur Lafarge peuvent être obtenues sur ce site internet, notamment sur la page :
Information réglementée

Ce document ne constitue pas une offre de vente ou la sollicitation d'une offre d'achat de titres Lafarge.

 

Documents

  • Le communiqué de presse (pdf, 277.03 Ko)
  • Le rapport financier (pdf, 918.18 Ko)
  • The slides for the analyst presentation (pdf, 1.25 Mo)