Résultats au 30 juin 2014

NYSE Euronext Paris : LG
25.07.2014
 

EBITDA en hausse de 9 % sur base comparable et marge en hausse au T2 : Performance opérationnelle soutenue dans un contexte de change défavorable

165 M€ de réduction des coûts et d'innovation au 2ème trimestre en ligne avec notre objectif annuel
Nos actions de réduction de la dette se poursuivent avec 1,1 Md€ de produits de désinvestissements sécurisés depuis le 1er janvier
Le projet de fusion avec Holcim progresse bien

Conformément à la norme IFRS 11 applicable à partir du 1er janvier 2014, les chiffres 2013 ont été retraités (voir plus bas pour plus d’informations).

Chiffres clés du deuxième trimestre

  • Chiffre d'affaires en baisse de 5 % à 3 367 M€ (+3 % sur base comparable)
  • EBITDA en baisse de 2 % à 812 M€ (+9 % sur base comparable) 
  • Résultat d'exploitation courant stable à 609 M€ (+12 % sur base comparable)
  • Résultat net part du Groupe en hausse de 2 % à 205 M€ (0,71 € par action) vs. 201 M€ au 2ème trimestre 2013 (0,70 € par action)

Chiffres clés du premier semestre*

  • Chiffre d'affaires en baisse de 4 % à 6 000 M€ (+6 % sur base comparable)
  • EBITDA en baisse de 1 % à 1 155 M€ (+13 % sur base comparable)
  • Résultat d'exploitation courant en hausse de 2 % à 755 M€ (+20 % sur base comparable)
  • Résultat net part du Groupe à 70 M€ (0,24 € par action), contre 84 M€ au 1er semestre 2013 (0,29 € par action)
* Les données sur base comparable sont calculées en neutralisant l'impact des changements de périmètre, les variations de change, et un gain exceptionnel de 20 millions d'euros comptabilisé au premier trimestre 2013.

Faits marquants du Groupe - 2ème trimestre 2014

  • La croissance organique reste solide, soutenue par la croissance des volumes et la hausse des prix, ainsi que par les réductions de coûts et l'effet de nos actions d'innovation. Sur base comparable, le chiffre d'affaires et l'EBITDA ont progressé de 3 % et 9 % respectivement.
  • Comme anticipé, les variations de change sur le trimestre ont continué à peser sur nos résultats, avec un impact négatif de -7 % (soit 224 millions d'euros sur le chiffre d'affaires et - 56 millions d'euros sur l'EBITDA).
  • La marge brute d'exploitation s'est améliorée au 2ème trimestre de 90 points de base, et de 140 points de base à périmètre et taux de change constants, soutenue par les mesures de réduction des coûts et d'innovation qui ont généré respectivement 115(1) millions d'euros et 501 millions d'euros sur le trimestre. Sur le premier semestre, ces mesures ont généré une contribution de 290 millions d'euros, en ligne avec l'objectif de plus de 600 millions d'euros sur l'année 2014.
  • Le résultat net part du Groupe s'est amélioré de 2 % au deuxième trimestre par rapport à 2013, la croissance organique ayant largement compensé l'impact négatif des variations de change. Au premier trimestre 2013, le résultat net part du Groupe comprenait des plus-values de cession de 45 millions d'euros. En excluant cet effet, le résultat net part du Groupe du premier semestre 2014 est en hausse d'environ 30 millions d'euros.
  • 1,1 milliard d'euros de réduction de l'endettement net sécurisé depuis le 1er janvier grâce aux désinvestissements, un montant qui inclut 0,4 milliard d'euros encaissés au premier semestre. Au 30 juin 2014, la dette nette est en baisse de 1,1 milliard d'euros par rapport au 30 juin 2013.
  • Une liste de désinvestissements proposés a été annoncée dans le cadre de notre projet de fusion pour créer LafargeHolcim.
(1) EBITDA avant application de la norme IFRS 11 sur les joint-ventures. Après application de cette norme, ces mesures ont contribué à l'augmentation de l'EBITDA de 140 millions euros (95 millions euros de réduction de coûts et 45 millions euros liés aux actions en matière d'innovation).

Bruno Lafont, Président-Directeur général de Lafarge, a déclaré :

« Ce trimestre marque la poursuite d'une croissance organique solide. L'augmentation de la marge reflète l'impact positif de nos actions de réduction des coûts et d'innovation.

Nous restons mobilisés pour atteindre nos objectifs : générer plus de 600 millions d'euros grâce aux mesures de réduction des coûts et d'innovation en 2014, et ramener l'endettement net en-dessous de 9 milliards d'euros d'ici la fin de l'année.

Nous confirmons nos perspectives de progression de la demande de ciment sur nos marchés comprise entre 2 et 5 % en 2014 : la situation en Amérique du Nord s'améliore, la croissance continue sur les marchés émergents et nous constatons les premiers signes de reprise en Europe.

Parallèlement, notre projet de fusion pour créer LafargeHolcim progresse de façon très satisfaisante, et nous confirmons notre ambition de le finaliser au cours du 1er semestre 2015. »

Perspectives

Pour l'exercice 2014, le Groupe confirme attendre une croissance globale de la demande de ciment sur ses marchés comprise entre 2 et 5 % par rapport à 2013. Les marchés émergents restent le principal moteur de croissance de la demande. Lafarge en bénéficiera grâce à un portefeuille d'actifs de grande qualité et géographiquement équilibré.

L'inflation des coûts devrait se maintenir à un rythme similaire à celui de 2013, ce qui devrait se traduire par des prix de vente globalement en hausse.

Comme annoncé en 2013, le Groupe a pour objectif de ramener son endettement net à moins de 9 milliards d'euros en 2014*.

* Cet objectif, annoncé en 2013, a été établi sur les chiffres publiés, c'est-à-dire avant prise en compte de l'impact de l'application de la norme IFRS 11 relative aux joint-ventures en vigueur depuis le 1er janvier 2014.

Comptes consolidés au 30 juin 2014

Le Conseil d'Administration de Lafarge, réuni le 24 juillet 2014 sous la Présidence de Bruno Lafont, a approuvé les comptes au 30 juin 2014. L'examen limité des comptes consolidés intermédiaires condensés de Lafarge par les commissaires aux comptes a fait l'objet d'un rapport figurant dans le Rapport financier semestriel.

Comptes consolidés
(M€) Deuxième trimestre Premier semestre
  2014 2013 Variation 2014 2013 Variation
Brut Sur base comparable (2) Brut Sur base comparable(2)
Volumes                
Ciment (millions de tonnes) 31,1 30,6 2 % 4 % 57,0 54,5 5 % 7 %
Granulats (millions de tonnes) 43,0 44,3 -3 % -1 % 69,9 70,7 -1 % 1 %
Béton prêt à l’emploi (millions de m3) 7,1 7,2 -2 % -4 % 12,8 13,0 -1 % -2 %
Résultats (millions d'euros)                
Chiffre d’affaires 3 367 3 559 -5 % 3 % 6 000 6 234 -4 % 6 %
EBITDA(1) 812 825 -2 % 9 % 1 155 1 167 -1 % 13 %
Marge brute d'exploitation (%) 24,1 % 23,2 % 90 pb 140 pb 19,3 % 18,7 % 60 pb 130 pb
Résultat d’exploitation courant 609 611 - 12 % 755 739 2 % 20 %
Résultat net, part du Groupe 205 201 2 %   70 84 -17 %  
Résultats par action (€) 0,71 0,70 2 %   0,24 0,29 -17 %  
Cash flow libre(1) (37) 151 nm   (160) (114) nm  
Endettement net         10 104 11 243 -10 %  

EBITDA(1) par région

Résultat d'exploitation courant par régions
(M€) Deuxième trimestre Premier semestre
  2014 2013 Variation 2014 2013 Variation
Brut Sur base comparable (2) Brut Sur base comparable (2)
Amérique du Nord 177 139 27 % 48 % 115 126 -9 % 30 %
Europe occidentale 107 112 -4 % -4 % 146 119 23 % 23 %
Europe centrale et de l'Est 88 80 10 % 18 % 71 45 58 % 57 %
Moyen-Orient et Afrique 279 270 3 % 10 % 529 487 9 % 15 %
Amérique latine 35 71 -51 % -24 % 73 122 -40 % -5 %
Asie 126 153 -18 % -10 % 221 268 -18 % -8 %
TOTAL 812 825 -2 % 9 % 1 155 1 167 -1 % 13 %
(1) L'EBITDA se définit comme le résultat d’exploitation courant avant dépréciation et amortissement des actifs corporels et incorporels. Le cash flow libre se définit comme les flux nets de trésorerie liés aux opérations d’exploitation des activités poursuivies après déduction des investissements de maintien. Ces indicateurs financiers sont des mesures non comptables.

(2) À périmètre et taux de change constants, et en excluant un gain exceptionnel de 20 millions d’euros enregistré au 1er trimestre 2013 en Amérique du Nord.

Évolution des ventes et des résultats financiers

À périmètre constant, les volumes vendus de ciment sont en hausse de 4 % sur le trimestre, soutenus notamment par nos ventes à l'export, par nos actions d'innovation, par la croissance vigoureuse enregistrée aux États-Unis après un premier trimestre pénalisé par de mauvaises conditions météorologiques, par la hausse des volumes en Égypte avec la mise en œuvre progressive de notre stratégie de diversification des combustibles, et par le démarrage de notre nouvelle cimenterie au Rajasthan. L'impact positif de ces éléments a été en partie contrebalancé par le ralentissement de la construction en France et un nombre de jours ouvrés au Brésil inférieur à celui de l'année dernière. Les difficultés de transport rencontrées en juin en Irak en raison des événements actuels ont compensé la croissance solide enregistrée au début du trimestre, soutenue par une demande sous-jacente vigoureuse. Sur base comparable, nos ventes de granulats et béton prêt à l'emploi en volume ont connu un recul sur le trimestre de 1% et 4 %, respectivement, qui reflète principalement le ralentissement de la construction en France.

Le chiffre d'affaires consolidé est en hausse de 3 % au deuxième trimestre à périmètre et taux de change constants, sous l'effet conjugué de l'augmentation des volumes et des hausses de prix mises en œuvre dans l'ensemble de nos lignes de produits en réponse à l'inflation des coûts. Comme anticipé, les variations de change ont eu un impact négatif. Il a été de -7 % sur notre chiffre d'affaires au deuxième trimestre (-224 millions d'euros), sous l'effet de l'appréciation de l'euro par rapport à plusieurs devises émergentes à partir d'août 2013, et par rapport au dollar canadien.

L'EBITDA est en progression de 9 % au deuxième trimestre sur base comparable et en baisse de 2 % sur une base brute, les taux de change ayant eu un impact négatif de -7 % (soit -56 millions d'euros). La marge brute d'exploitation s'est fortement améliorée, soutenue par nos mesures de réduction des coûts et d'innovation. Les prix du ciment ont augmenté de 2,2 % par rapport au 2ème trimestre 2013, et de 1,4 % par rapport au 1er trimestre 2014, en réponse à l'inflation des coûts.

La contribution au résultat net de nos joint-ventures et des sociétés associées est passée de 14 millions d'euros à 41 millions d'euros au deuxième trimestre, soutenue par le rebond de nos résultats au Royaume-Uni où nos activités se sont à présent stabilisées (la joint-venture a été constituée en janvier 2013). Les synergies s'accélèrent et le marché britannique s'améliore après de récents niveaux bas.

Le résultat net part du Groupe pour le trimestre s'élève à 205 millions d'euros, en hausse de 2 %, l'amélioration de notre résultat opérationnel organique ayant largement compensé l'effet négatif des taux de change.

Dette nette, désinvestissements et investissements

Au cours du trimestre, le montant perçu par Lafarge au titre des désinvestissements s'élève à 75 millions d'euros.
Le montant total des investissements s'est élevé à 205 millions d'euros pour le trimestre.

  • Les investissements de maintien sont restés stables à 67 millions d'euros.
  • Les investissements de développement se sont élevés à 138 millions d'euros. Ce montant comprend principalement la finalisation de notre nouvelle cimenterie à Kaluga (Russie), qui a commencé à produire du ciment en avril, les investissements réalisés dans nos projets en Amérique du Nord (Exshaw au Canada et Ravena aux États-Unis), ainsi qu'une série d'opérations de « dégoulottage », notamment en Afrique subsaharienne.

La dette nette du Groupe a diminué de 1,1 milliard d'euros par rapport à fin juin 2013. Elle s'inscrit en légère hausse par rapport au 31 décembre 2013 en raison d'une variation saisonnière traditionnelle du besoin en fonds de roulement. Depuis le début de l'année, nous avons sécurisé 1,1 milliard d'euros de désinvestissements, dont 423 millions d'euros ont été encaissés au premier semestre. Ces cessions sécurisées qui contribueront à la réduction de notre endettement au second semestre de cette année incluent notamment la cession de nos activités en Équateur et au Pakistan.

Fusion entre égaux pour créer LafargeHolcim

Lafarge et Holcim ont annoncé le 7 avril 2014 leur projet de fusion pour créer un groupe à la pointe de l'innovation et à l'avant-garde de l'industrie des matériaux de construction, présent dans 90 pays et disposant d'un fort potentiel de création de valeur pour toutes ses parties prenantes.

Le 7 juillet, les deux groupes ont franchi une nouvelle étape dans la réalisation de ce projet de fusion avec l'annonce d'une proposition de désinvestissements en anticipation des demandes éventuelles des autorités de la concurrence. Cette liste a été établie par le Comité de Désinvestissements mis en place par les deux Groupes. Les deux entreprises continueront à évaluer les situations où des désinvestissements supplémentaires pourraient être nécessaires en fonction de l'appréciation des recouvrements géographiques ou de demandes des autorités de la concurrence. Les désinvestissements proposés seront conditionnés à l'examen des autorités de régulation dans le cadre d'un dialogue continu ainsi qu'à l'accord de nos co-actionnaires, lorsque nécessaire.

Ce projet de fusion devrait être finalisé au 1er semestre 2015. Des informations complémentaires sur l'avancement du projet seront communiquées en temps utile.

Evènements ultérieurs

Dans le cadre de son projet de fusion avec Holcim et de sa proposition d'une liste de désinvestissements annoncée le 7 juillet, Lafarge a signé un accord avec Anglo American Plc portant sur l'acquisition de leur participation de 50% dans Lafarge Tarmac le 24 juillet. Une condition de cette acquisition est la réalisation de l'opération de fusion entre Lafarge et Holcim.

Impact de la norme IFRS 11

Dans le respect des normes comptables IFRS, le Groupe applique la nouvelle norme IFRS 11 depuis le 1er janvier 2014. Cela implique la publication des données financières pro forma 2013 retraitées en application du nouveau standard qui seront utilisées comme base de comparaison d'une année sur l'autre.

Le principal impact de l'application d'IFRS 11 est la mise en équivalence des joint-ventures du Groupe qui étaient précédemment consolidés de manière proportionnelle. Ce reclassement comptable consiste à isoler la contribution des joint-ventures sur une ligne spécifique dans le compte de résultat et dans le bilan, sans impact sur le résultat net, part du Groupe, et les capitaux propres, part du Groupe.

Ci-dessous les chiffres clés du Groupe (i) après application de la norme IFRS 11 et (ii) pro forma selon l'ancien standard.

Chiffres clés du deuxième trimestre
  Chiffres publiés - APRES application d'IFRS 11 Chiffres pro forma - AVANT application d'IFRS 11
2014 2013 2014 2013
Volumes        
Ciment (millions de tonnes) 31,1 30,6 37,3 36,5
Granulats (millions de tonnes) 43,0 44,3 50,5 50,9
Béton prêt à l’emploi (millions de m3) 7,1 7,2 8,2 8,3
Résultats (millions d’euros)        
Chiffre d’affaires 3 367 3 559 3 961 4 112
EBITDA(1) 812 825 930 922
Marge brute d'exploitation (%) 24,1 % 23,2 % 23,5 % 22,4 %
Résultat d’exploitation courant 609 611 689 667
Résultat net, part du Groupe 205 201 205 201
Résultats par action (€) 0,71 0,70 0,71 0,70
Cash flow libre(1) (37) 151 (39) 165
Chiffres clés du premier semestre
  Chiffres publiés - APRES application d'IFRS 11 Chiffres pro forma - AVANT application d'IFRS 11
2014 2013 2014 2013
Volumes        
Ciment (millions de tonnes) 57,0 54,5 68,3 65,2
Granulats (millions de tonnes) 69,9 70,7 83,8 83,8
Béton prêt à l’emploi (millions de m3) 12,8 13,0 14,8 15,0
Résultats (millions d’euros)        
Chiffre d’affaires 6 000 6 234 7 084 7 248
EBITDA(1) 1 155 1 167 1 328 1 302
Marge brute d'exploitation (%) 19,3 % 18,7 % 18,7 % 18,0%
Résultat d’exploitation courant 755 739 850 791
Résultat net, part du Groupe 70 84 70 84
Résultats par action (€) 0,24 0,29 0,24 0,29
Cash flow libre(1) (160) (114) (239) (132)
Endettement net du Groupe 10 104 11 243 10 666 11 881

(1) L'EBITDA se définit comme le résultat d'exploitation courant avant dépréciation et amortissement des actifs corporels et incorporels. Le cash flow libre se définit comme les flux nets de trésorerie liés aux opérations d'exploitation des activités poursuivies après déduction des investissements de maintien. Ces indicateurs financiers sont des mesures non comptables.

Informations complémentaires

La présentation aux analystes des résultats et le rapport financier semestriel, qui comprend le rapport d'activité et les comptes consolidés intermédiaires condensés sont disponibles sur ce site internet.

Informations pratiques:

Une conférence téléphonique pour les analystes, animée par Jean-Jacques Gauthier, Directeur général adjoint, Finance, aura lieu le 25 juillet 2014 à 9h00, heure locale. La présentation se tiendra en anglais, avec un support visuel disponible sur ce site internet.

Cette présentation sera retransmise en direct sur le site internet de Lafarge et pourra être également suivie par téléphone :
- depuis la France : 01 76 77 22 23
- depuis le Royaume-Uni et l'international : +44(0)20 3427 0503
- depuis les Etats-Unis : +1 646 254 33 60

Vous aurez la possibilité de réécouter cette conférence sur le site internet de Lafarge ou par téléphone jusqu'au 1er août 2014 à minuit en composant :
- depuis la France : 01 74 20 28 00 (code: 8556892#)
- depuis le Royaume-Uni et l'international : +44 (0)20 3427 0598 (code: 8556892#)
- depuis les Etats-Unis : +1 347 366 9565 (code: 8556892#)

La prochaine publication de résultats de Lafarge - résultats du 3ème trimestre 2014 - aura lieu le 5 novembre 2014 (avant l'ouverture du marché NYSE Euronext Paris).

Informations générales

Leader mondial des matériaux de construction, Lafarge a réalisé un chiffre d'affaires de 15,2 milliards d'euros en 2013, avec une présence dans 62 pays et 64 000 collaborateurs. Acteur majeur dans ses activités Ciment, Granulats & Bétons, il contribue à la construction des villes dans le monde entier avec des solutions innovantes pour les rendre plus accueillantes, plus compactes, plus durables, plus belles et mieux connectées. Doté du premier centre de recherche au monde sur les matériaux de construction, Lafarge place l'innovation au cœur de ses préoccupations, au service de la construction durable et de la créativité architecturale.

Avertissement important - déclarations prospectives :

Ce document contient des déclarations prospectives. Ces déclarations prospectives constituent soit des tendances, soit des objectifs, et ne sauraient être regardées comme des prévisions de résultat ou de tout autre indicateur de performance. Elles portent notamment sur des plans, initiatives, événements, produits, solutions et services, leur développement et potentiel. Bien que Lafarge estime que ces déclarations prospectives reposent sur des hypothèses raisonnables à la date de publication du présent document, les investisseurs sont alertés sur le fait qu'elles ne constituent pas des garanties quant à la performance future. Les résultats effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en raison d'un certain nombre de risques et d'incertitudes, dont la plupart sont difficilement prévisibles et généralement en dehors du contrôle de Lafarge, et notamment les risques décrits dans le Document de Référence de Lafarge disponible sur son site Internet (www.lafarge.com) et les incertitudes liées aux conditions de marché et à la mise en œuvre de nos plans. Aucune information contenue dans ce document n'est ou ne doit être interprétée comme une promesse ou une garantie quant à la performance future de Lafarge. En conséquence, toute précaution doit être prise dans l'utilisation de ces déclarations prospectives. Lafarge ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces déclarations prospectives.

Des informations plus complètes sur Lafarge peuvent être obtenues sur ce site internet, notamment sur la page :
Information réglementée

Ce communiqué ne constitue ni une offre d'achat ou d'échange, ni une sollicitation d'une offre pour la vente ou l'échange d'actions Lafarge.

 

Documents

  • Le communiqué de presse (pdf, 118.01 Ko)
  • Le rapport financier (pdf, 1.7 Mo)
  • The slides for the analyst presentation (pdf, 5.51 Mo)