Lafarge poursuit la réduction de ses émissions de CO2 grâce à un nouveau « Mécanisme de Développement Propre » aux Philippines

Euronext Paris : LG
17.05.2011
 

Le projet de récupération de chaleur transformée en électricité mis en place par « Republic Cement Corporation », une filiale de Lafarge, dans sa cimenterie de Teresa aux Philippines vient d'être enregistré officiellement en tant que « Mécanisme de Développement Propre » (MDP) auprès du Conseil exécutif des MDP à Bonn.

Le MDP est un des mécanismes de flexibilité introduit par la Convention des Nations Unies sur le changement climatique (UNFCC) dans le cadre du protocole de Kyoto de 1997. Ce processus a pour vocation d'encourager financièrement des projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans les pays en voie de développement. 

Le projet mis en place à la cimenterie de Teresa fournit 30 % des besoins en électricité de la cimenterie. En économisant une source d'énergie d'origine fossile, ce projet de récupération de chaleur contribue de façon durable à la lutte contre le changement climatique en permettant à l'usine de Teresa de réduire chaque année ses émissions indirectes de CO2 de 12 000 tonnes.

Lafarge a déjà enregistré trois autres « Mécanismes de Développement Propre » dans le monde :

  • au Maroc, le parc éolien de la cimenterie de Tétouan fournit 60 % des besoins en électricité de l'usine
  • en Malaisie, dans les cimenteries de Rawang et Kanthan, des coques de noix de palmier à huile sont utilisées comme combustible en remplacement d'une partie des besoins en charbon
  • en Inde, dans l'Etat du Chhattisgarh, des cendres volantes issues de centrales thermiques substituent plus de 30% du clinker utilisé pour la composition du ciment

 
Ces quatre MDP enregistrés par Lafarge permettent de générer une réduction totale de plus de 170 000 tonnes de CO2 par an, soit un bénéfice pour la planète équivalent à 10,6 millions d'arbres plantés chaque année. Ces mécanismes s'inscrivent dans le cadre des actions entreprises par Lafarge pour diminuer ses émissions globales de CO2. Le Groupe agit en effet à différents niveaux pour lutter contre le changement climatique :

  • L'amélioration continue de la performance énergétique des usines.
  • L'utilisation de combustibles alternatifs tels que la biomasse ou les résidus industriels en substitution partielle des combustibles fossiles, non renouvelables.
  • L'utilisation d'ajouts cimentaires neutres en CO2 tels que les laitiers, les cendres volantes et les pouzzolanes qui permettent de développer des gammes de ciments à plus faible intensité carbone.

 
Lafarge s'est engagé dès 2001 dans une démarche publique et volontaire de réduction de ses émissions nettes de CO2 par tonne de ciment de 20 % sur la période 1990-2010. Cet objectif a été atteint dès 2009 et dépassé en 2010 avec une réduction de 21,7 %. De nouvelles ambitions en matière de lutte contre le changement climatique seront annoncées prochainement.

 

 

 

Informations complementaires

Leader mondial des matériaux de construction, Lafarge occupe une position de premier plan dans chacune de ses activités : Ciment, Granulats & Béton et Plâtre. Avec 76 000 collaborateurs dans 78 pays, le Groupe a réalisé en 2010 un chiffre d'affaires de 16,2 milliards d'euros.
Lafarge a été classé 6ème au sein du « Carbon Disclosure Project » et a rejoint l'indice mondial du « Dow Jones Sustainability Index » en 2010 pour ses actions en matière de développement durable. Doté du premier centre de recherche au monde sur les matériaux de construction, Lafarge place l'innovation au cœur de ses préoccupations, au service de la construction durable et de la créativité architecturale.

 
 

Le communiqué de presse (pdf, 64 Ko)