Lafarge investit pour accompagner la croissance de ses marchés et renforcer ses positions en ciment

15.12.2005
 
Vous pouvez télécharger les documents
concernant ce communiqué en bas de page.

Euronext : LG, NYSE: LR

L'activité Ciment du Groupe Lafarge poursuit sa stratégie de croissance forte et créatrice de valeur par l'accroissement significatif de ses capacités de production et la modernisation de son outil industriel.

En 2005, le Groupe a déjà engagé la construction de près de 5 millions de tonnes de capacités nouvelles, en Chine, au Bengladesh, au Mexique, au Maroc et au Vietnam, qui démarreront courant 2006.

Pour renforcer ses positions, accompagner la croissance de ses marchés et servir au mieux ses clients, de nouveaux investissements ont été décidés pour un montant total de 400 M€, répartis entre cimenteries et stations de broyage. Ces investissements de croissance vont permettre une augmentation de sa capacité de production de 5 millions de tonnes de ciment d'ici 2008.

ACCOMPAGNER LA CROISSANCE DE SES MARCHES EN AUGMENTANT LA CAPACITE DES CIMENTERIES

  • En Russie, au-delà du programme de modernisation en cours, Lafarge va investir 125 M€ pour augmenter la capacité de production de son usine de Voskressensk, près de Moscou et la porter à 3 millions de tonnes en 2009. Cette décision, qui prévoit l'érection d'une ligne en voie sèche, améliorera considérablement les performances techniques de l'usine ainsi que l'adéquation de son offre aux besoins du marché. La demande en ciment dans la région de Moscou a cru de 10% par an en moyenne ces cinq dernières années.
  • En Afrique du Sud, Lafarge va accroître d'1 million de tonnes la capacité de son usine de Lichtenburg. Cet investissement de près de 120 M€ renforcera la position de Lafarge dans le Nord-Ouest du pays avec une augmentation de 40% de la capacité de production de l'usine, pour la porter à 3,5 millions de tonnes. Au-delà de la modernisation déjà engagée, cet investissement permettra de maintenir la forte position sur ce marché, et de servir la croissance de la demande.
  • En Zambie, Lafarge va construire une usine aux derniers standards technologiques existants. D'une capacité de 750.000 tonnes, elle sera construite près de la capitale Lusaka et opérationnelle en 2008, portant la capacité totale de Lafarge Zambie à 1,2 millions de tonnes. Elle permettra de répondre aux besoins croissants en infrastructures du pays, notamment pour les nouvelles mines de cuivre, et la construction de nouvelles centrales électriques. Cette augmentation de capacité permettra également de fournir les pays limitrophes. L'investissement représente environ 85 M€.
  • Aux Etats-Unis, de petits investissements ont permis d'augmenter sensiblement la capacité de la cimenterie de Roberta, dans l'Alabama, pour la passer à 1,4 millions de tonnes à mi 2006.
  • Enfin, de nouveaux projets sont en cours d'études très avancées : le doublement de la capacité de son usine de Tétouan, au Maroc, et de celle située près de Quito, en Equateur, ainsi que de nouvelles lignes aux Etats-Unis.

SERVIR AU PLUS PRES SES MARCHES AVEC DE NOUVELLES STATIONS DE BROYAGE

Au-delà de ses cimenteries, Lafarge investit dans plusieurs stations de broyage pour mieux servir ses marchés, parmi lesquelles certaines stations de broyage au laitier. Inscrit dans la démarche volontariste du Groupe dans le développement durable, le laitier, sous-produit de l'industrie sidérurgique, est valorisé comme matière première de substitution dans la production du ciment. Le recours à ce type de matière aux qualités de liants hydrauliques concourt à endiguer le changement climatique.

  • En Espagne, Lafarge vient d'acquérir, pour un montant de 30 M€, Cemento Esfera à Tarragone, une station de broyage ciment d'une capacité de 500.000 tonnes.
  • En Corée, Lafarge annonce l'acquisition d'une station de broyage, Soosung, pour un montant de 20M€. Ce nouveau site de production, d'une capacité d'1 million de tonnes, situé dans la province de Gyeonbuk et qui dessert la troisième ville du pays, Taegu, va lui permettre de développer son activité de ciment de laitier.
  • En France, Lafarge investit 25 M€ dans la construction d'une nouvelle usine de broyage de laitier, dotée des dernières technologies, sur le port de Bordeaux, à Bassens. D'une capacité de 300.000 tonnes par an, cette usine de broyage sera exploitée dès le début de l'année 2007. Elle renforce le dispositif industriel de Lafarge dans le grand Sud-Ouest. Par ailleurs, Lafarge a déposé en Préfecture un projet de nouvelle station de broyage à Sète en synergie avec la cimenterie de Port La Nouvelle.
  • Au Chili, Lafarge investit 20 M€ dans une nouvelle station de broyage située à Puerto Montt, au Sud du pays. D'une capacité de 300.000 tonnes de ciment aux pouzzolanes, elle sera opérationnelle courant 2007.
  • Par ailleurs, Lafarge envisage de doubler la capacité de la station de broyage de Tanger, au Maroc, qui atteindrait alors 1 million de tonnes.

Lafarge, leader mondial des matériaux de construction, occupe des positions de premier plan dans chacune de ses quatre branches : Ciment, Granulats & Béton, Toiture et Plâtre. Avec 77 000 collaborateurs, le groupe est présent dans 75 pays. En 2004, il a réalisé un chiffre d'affaires de 14,4 milliards d'euros.

Contacts
Communication Relations investisseurs
Stéphanie Tessier
Tél : 33-1 44-34-92-32
stephanie.tessier@lafarge.com
Yvon Brind'Amour
Tél : 33-1 44-34-11-26
yvon.brindamour@lafarge.com
Louisa Pearce-Smith
Tél : 33-1 44-34-18-18
louisa.pearce-smith@lafarge.com
Danièle Daouphars
Tél : 33-1 44-34-11-51
daniele.daouphars@lafarge.com

Les informations, autres qu'historiques, contenues dans le présent communiqué de presse, incluant les prévisions d'investissement et d'accroissement des capacités de production dans l'activité Ciment, constituent des données à caractère prévisionnel (forward-looking statements) au sens du United States Private Securities Litigation Reform Act de 1995. Ces données prévisionnelles ne reflètent pas nécessairement les performances futures et comportent certains risques, aléas et hypothèses ("Facteurs") difficiles à prévoir. Les résultats futurs peuvent différer sensiblement des anticipations de résultats issues de données prévisionnelles, sous l'effet de Facteurs incluant de manière non limitative: la nature cyclique des activités de la Société ; les conditions économiques nationales et régionales dans les pays où le Groupe est présent ; les fluctuations des devises ; le caractère saisonnier des activités de la Société ; le niveau des dépenses de construction sur les marchés majeurs ; la structure de l'offre et de la demande dans l'industrie de la construction ; la concurrence accrue des nouveaux entrants et des concurrents existants ; les conditions climatiques défavorables lors des périodes de forte construction ; les changements et la mise en place de réglementations environnementales ou autres réglementations gouvernementales ; notre capacité à identifier, mener à bien et intégrer efficacement nos acquisitions ; notre capacité de pénétration de nouveaux marchés ; ainsi que d'autres facteurs contenus dans les documents publics déposés ou enregistrés par la Société auprès des autorités boursières y compris dans le Document de Référence déposé par la Société auprès de l'AMF, ainsi que dans le "Form 20-F" enregistré auprès de la Securities and Exchange Commission aux Etats-Unis. De manière générale, la Société est soumise aux risques et aléas propres à l'industrie de la construction et à une activité de nature mondiale. Les données prévisionnelles sont présentées à la date du présent communiqué et la Société n'assume aucune obligation quant à la mise à jour de ces données prévisionnelles en présence d'informations nouvelles, dans le cadre d'événements futurs ou pour toute autre raison.

 

Le communiqué de presse (pdf, 49.57 Ko)