Irak - Recycler des déchets en combustibles alternatifs

Notre cimenterie de Bazian, dans le nord de l’Irak, travaille en partenariat avec le gouvernement kurde pour récupérer l’énergie des déchets municipaux générés par la ville de Sulaymānīyah.

05.06.2015
 

Objectifs

  • Garantir un approvisionnement fiable en combustibles alternatifs pour la cimenterie de Bazian
  • Augmenter de 50 % la part des combustibles alternatifs dans le mix énergétique de la cimenterie d’ici à 2020
  • Améliorer la qualité de vie dans la ville
  • Contribuer à la création d’emplois locaux

 

Résumé

Dans le nord de l’Irak, nous travaillons en partenariat avec le gouvernement kurde pour récupérer l’énergie des déchets municipaux générés par la ville de Sulaymānīyah. Dans le cadre de cette initiative, une joint-venture baptisée « Ecocem » a été créée en 2014 entre Lafarge et Faruk Group Holding.
Implanté à Tanjaro, le site traite chaque année 350 à 400 000 tonnes de déchets générés par la ville de Sulaymānīyah.

EcoCem offre une solution pleinement intégrée qui prévoit le tri et le traitement des déchets ainsi que la mise en décharge ceux qui sont non utilisables. L’entreprise vend les produits recyclables sur le marché local, fournit des combustibles issus de déchets aux cimenteries Lafarge et place en décharge les parties inertes sans valeur (représentant 20 % des déchets maximum).

Six mois avant le lancement du projet EcoCem, des experts Lafarge ont assuré la formation intensive et le soutien des futurs employés EcoCem et Lafarge. En outre, nos équipes locales mènent également des opérations de sensibilisation à la gestion des déchets auprès des parties prenantes.

 

Résultats

  • Environ 182 000 tonnes de déchets seront recyclées chaque année en combustibles venant alimenter les fours de notre cimenterie de Bazian.
  • Nous contribuons à l’amélioration de la qualité de vie dans la ville grâce à une meilleure gestion des déchets.
  • L’activité de gestion des déchets a permis la création de 150 emplois pour la communauté de Tanjaro pour le transport des déchets dérivés, leur traitement et leur manipulation.
  • Convaincu par l’initiative, le gouvernement kurde a proposé à nos équipes locales de développer des projets similaires à Erbil et dans d’autres villes.