Feu vert de la Commission Européenne à l'offre de Lafarge sur Blue Circle Industries PLC

10.04.2000
 

Lafarge se réjouit de la décision de la Commission Européenne qui considère l'acquisition de Blue Circle comme compatible avec les règles européennes de la concurrence, sous réserve d'un désinvestissement portant sur un site de production de tuiles béton au Danemark (16 millions d'euros de chiffre d'affaires ; 70 collaborateurs).

Dès lors, Blue Circle dispose de deux jours pour fournir de nouvelles informations, dans le cadre de sa défense. L'offre se conclura au plus tard le 3 mai 2000.

Jusqu'à présent, la défense de Blue Circle s'est fondée quasi exclusivement sur des promesses et des affirmations non démontrées. Le groupe britannique devrait fournir des informations détaillées pour étayer ses affirmations et en particulier décrire la situation réelle en Grèce et démontrer comment le plan de réduction des coûts qu'il vient d'annoncer, créera de la valeur pour les actionnaires.

Tout au long de sa défense, Blue Circle a agi comme si l'acquisition du cimentier grec Heracles, annoncée en juin 1999, était un fait acquis. A l'origine, l'acquisition devait être réalisée avant la fin de 1999. Après avoir négocié deux extensions de délai, Blue Circle n'a pas réalisé la transaction, qu'il annonce pourtant toujours comme imminente. Pourquoi un tel délai dans cette opération et pourquoi Blue Circle a-t-il du payer plus de 300 millions de francs, qui seront perdus si la transaction ne se réalise pas ?

La semaine dernière, Blue Circle a rendu public un nouveau plan de réduction de ses coûts. Pour une large part, il s'agit de mesures que tout cimentier doit prendre pour demeurer compétitif. Mais un certain nombre d'hypothèses, par exemple celles concernant les coûts des combustibles, sont irréalistes. Blue Circle indique que ce plan se traduira par un changement majeur en termes de profitabilité. Ceci est en contradiction avec ses réalisations passées. En effet, malgré dix ans de réduction de coûts au Royaume Uni, les profits de Blue Circle dans ce pays sont seulement de 16,7 millions de livres sterling plus élevés qu'ils étaient en 1990. Blue Circle devrait expliquer pourquoi, contrairement à ses plans précédents, ce dernier plan sera créateur de valeur pour les actionnaires.

Lafarge espère que, dans son prochain document, Blue Circle répondra à ces questions.

 

Le communiqué de presse (pdf, 40.4 Ko)