Esthétisme, multifonctionnalité et écologie : les tours se réinventent pour rendre les villes meilleures

Les tours permettent de limiter l’étalement urbain, mais pas seulement… La nouveauté des tours modernes ? Elles deviennent multifonctionnelles pour une meilleure rentabilité, elles se font élégantes pour mieux s’intégrer au paysage urbain, et elles respectent aussi l’environnement grâce aux nouveaux matériaux. Découvrez comment les tours rendent les villes à la fois plus compactes, plus belles et plus durables.

17.04.2015
 

Pour croître, les villes ont deux options : horizontalement en gagnant du terrain sur les campagnes, ou verticalement en gagnant de la hauteur. Avec l’urbanisation croissante et l’émergence accrue de grandes métropoles, le foncier devient de plus en plus rare et cher, surtout en centre-ville. Les tours urbaines sont donc une solution efficace face à ce phénomène ; leur verticalité rend la ville plus dense et plus accessible, tout en respectant l’environnement.

 

Des tours multifonctionnelles pour rendre la ville plus compacte

Finies les tours qui se remplissent le matin et se vident le soir à la sortie des bureaux ! La tendance est désormais aux tours multifonctionnelles qui offrent un équilibre entre logements, bureaux, commerces et lieux de loisirs, à l’instar de The Shard à Londres, située en bord de Tamise, qui abrite à la fois des appartements de luxe, des jardins d’hiver à chaque étage, un hôtel cinq étoiles et des bureaux dans lesquels travaillent 12 500 personnes… La mixité des usages et services assure désormais la viabilité économique de tels projets d’envergure.

A la fois un gain de temps et de confort pour les résidents qui bénéficient de nombreux services à portée de main, les tours modernes sont également «une réponse à la pression foncière », analyse Elisabeth Perrot, une architecte qui a mené une étude de prospective pour le Grand Lyon (France). Elles produisent des mètres carrés utiles en consommant un minimum de sol et proposent des produits immobiliers recherchés par les entreprises et les investisseurs »,

 

Des tours plus belles grâce aux bétons modernes

A l’origine, les premiers gratte-ciel américains étaient symboles de puissance et de modernité. Bien que ce soit toujours le cas aujourd’hui, les tours modernes ont pour mission nouvelle de renforcer l’identité des villes et de les positionner dans la concurrence internationale que se livrent les grandes métropoles pour attirer touristes et investisseurs. C’est pourquoi certaines villes n’hésitent pas à investir dans leur image en faisant appel à de grands architectes dont l’audace et la créativité participent à leur renommée : par exemple le fameux « cornichon » de Norman Foster (30 St Mary Axe) a su s’imposer dans le paysage londonien, au même titre que la Torre Agbar de Jean Nouvel à Barcelone.

 

Si aujourd’hui les architectes peuvent se permettre les designs les plus fous, c’est aussi grâce aux matériaux de construction de plus en plus innovants et performants. Des bétons autoplaçants et autonivelants aux finitions parfaitement lisses, aux bétons décoratifs permettant toutes les couleurs et textures, en passant par les bétons fibrés à ultra-hautes performances (BFUP) aux résistances et à la finesse exceptionnelles, le béton se met au service de la créativité architecturale. Associé à d’autres matériaux, il contribue aussi aux prouesses les plus ingénieuses, comme par exemple le Liquid wall, un mur-rideau (façade) futuriste composé d’acier et d’une résille de BFUP qui permet de concevoir des formes spectaculaires tout en respectant l’environnement puisqu’il est recyclable à 100 % et très isolant ! Cette innovation a d’ailleurs remporté un prix décerné par l’American Institute of Architects de New York !

 

Des tours plus efficaces pour des villes plus durables

Autre caractéristique des tours modernes : elles intègrent les contraintes environnementales. Une préoccupation présente tout au long de la chaîne de construction :

  • La conception : l’emplacement et l’orientation des tours dans la ville est réfléchi de manière stratégique en fonction de la lumière ou des vents.
  • Le choix des matériaux et systèmes de construction : les bétons à hautes performances thermiques ainsi que les systèmes constructifs alliant des solutions de ciment, béton et granulats à d’autres composants isolants offrent une isolation optimale des murs et façades.
  • Les équipements : panneaux photovoltaïques, chauffe-eau solaires, systèmes de récupération des eaux de pluie, etc. Les équipements écologiques permettent de réduire l’empreinte environnementale des bâtiments.

 

Par exemple, la tour Hearst à Manhattan (Etats-Unis) est orientée de façon à bénéficier de la lumière et de la chaleur naturelle du soleil, et la tour Pearl River à Guangzhou (Chine) dont la façade équipée de turbines est tournée vers les vents dominants pour produire de l’électricité. La Willis Tower de Chicago s’est quant à elle dotée, lors de sa rénovation entamée en 2009, d’un toit végétalisé captant et recyclant les eaux de pluie, réutilisées en interne et réchauffées grâce à des panneaux solaires soutenus par de la résille de béton.

 

Si les bâtiments sont écoresponsables, le gain est triple :

  • Du côté des occupants de l’immeuble, les conditions de vie et de travail sont meilleures grâce à une température constante et une luminosité optimale.
  • Pour les promoteurs immobiliers, l’obtention de certifications environnementales de type LEED, HQE, BREEAM… augmentent la valeur du foncier.
  • Pour les financeurs et les propriétaires, pour qui l’innovation écologique limite les factures d’énergie et encourage l’investissement…

 

Preuve que les tours modernes deviennent un exemple à suivre en matière de construction durable !

 
The Torre Agbar, Barcelone, Espagne
La Torre Agbar, Barcelone, Espagne (©Dosfotos / Design Pics / Axiom Photographic Agency via Getty Images)
 
Willis Tower, Chicago, Etats-Unis
Willis Tower, Chicago, Etats-UnisPaul Velgos / E+ via Getty Images)