C.S.I. : une approche sectorielle dans la lutte contre le CO2

02.07.2008
 

L'Initiative Ciment du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable appelle les leaders du G8 à mettre en place des approches sectorielles afin d'accélérer la réduction des émissions de CO2

L'Initiative Ciment (C.S.I., Cement Sustainability Initiative) du Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (W.B.C.S.D.), actuellement co-présidée par Lafarge et Taiheiyo Cement, a appelé aujourd'hui les pays membres du G8 et la C.C.N.U.C.C. à accélérer la création d'un cadre réglementaire qui permettra de mettre au point des approches sectorielles efficaces.

Lors d'une réunion qui s'est tenue à Paris, Bjorn Stigson, Président du W.B.C.S.D. s'est joint à Bruno Lafont, Président-Directeur général de Lafarge, pour encourager la mise en place d'approches sectorielles, à l'occasion du Sommet du G8 se déroulant la semaine prochaine.

 

« Alors que des discussions sont en cours pour parvenir à un accord mondial sur le changement climatique, des approches sectorielles complémentaires pourraient être mises en place grâce auxquelles les principaux acteurs industriels pourraient collaborer dans le but d'accélérer la réduction des émissions de CO2 », a expliqué Bjorn Stigson.

 

Ayant mis en place un protocole de mesure et de reporting sur les émissions de CO2, appliqué par les membres de l'Initiative Ciment du W.B.C.S.D. depuis 2002, le secteur cimentier est le mieux positionné pour adopter une approche sectorielle relative aux émissions de CO2. Aujourd'hui, ce protocole est utilisé par 80 % des acteurs du ciment à l'échelle mondiale.

 

« En tant qu'industrie, nous avons été pionniers dans l'adoption d'outils visant à lutter contre le changement climatique. Les entreprises membres du C.S.I. se sont volontairement fixé des objectifs individuels ambitieux de réduction des émissions de CO2, qui produisent des résultats encourageants. Aujourd'hui, nous sommes en mesure de faire valoir une diminution significative des émissions par tonne de ciment réalisée par nos membres », a déclaré Bruno Lafont.

 

Les chiffres publiés par le C.S.I. montrent que les émissions moyennes nettes spécifiques par tonne de ciment de ses 18 membres est passée de plus de 760 kg de CO2/tonne en 1990 à 670 kg en 2007. Cette réduction équivaut à une économie de 70 millions de tonnes de CO2 en 2007 par rapport à 1990.

 

« Ces résultats sons encourageants et montrent qu'il est possible de réduire l'intensité du CO2 dans le ciment. Afin d'aller encore plus loin, nous demandons aux membres du G8 et à la C.C.N.U.C.C. d'accélérer la création du cadre réglementaire nécessaire à la mise en place d'approches sectorielles efficaces », a ajouté Bruno Lafont.

 

Dans le cadre de son travail d'identification des actions que les cimentiers peuvent entreprendre en matière de développement durable, le C.S.I. a mis au point la première base de données mondiale sur les émissions de CO2 et la consommation d'énergie d'un secteur, avec des données vérifiées chaque année par un cabinet indépendant. La collecte précise de ces informations est en effet un préalable essentiel pour assurer le succès de la mise en place d'une approche sectorielle à l'échelle d'une industrie.

 

« Les approches sectorielles présentent plusieurs avantages», dit Bjorn Stigson. « Elles offrent un moyen de mobiliser les marchés émergents dans la lutte contre le changement climatique. C'est un point très important lorsque l'on sait que 80 % des émissions du secteur du ciment viennent de pays en développement. Les approches sectorielles permettent également à quelques acteurs clé, voire quelques pays, de s'engager rapidement dans cette lutte. »

 

Le ciment est un matériau stratégique pour le développement d'un pays. La quantité de ciment consommée dans le monde continue à augmenter, alors que les marchés émergents poursuivent des objectifs de développement légitimes et que le phénomène d'urbanisation s'accroît.

En démontrant qu'il est possible de réduire les émissions de CO2 à la tonne et en développant un modèle d'approche sectorielle transférable à d'autres industries, l'Initiative Ciment du W.B.C.S.D. espère vivement que le G8 reconnaîtra la pertinence des approches sectorielles et leur complémentarité avec un accord mondial sur le changement climatique.

Informations complémentaires

Le Conseil mondial des entreprises pour le développement durable (W.B.C.S.D.) est une organisation dirigée par des chefs d'entreprises et regroupant plus de 200 entreprises mondiales. Son objectif est de promouvoir les bénéfices du développement durable pour les entreprises et pour la société dans son ensemble.

L'Initiative Ciment (C.S.I., Cement Sustainability Initiative) a été créée en 1999 afin d'inscrire l'industrie cimentière dans une démarche de développement durable et d'identifier et d'entreprendre des actions communes et individuelles destinées à améliorer ses performances. Aujourd'hui, le C.S.I. compte 18 membres opérant dans plus de 100 pays.

Pour plus d'informations sur l'Initiative Ciment du W.B.C.S.D. : www.csiprogress2007.org