Brésil - « Na Obra », un programme de formation Lafarge dédié aux femmes

Dans la favela de Rocinha à Rio de Janeiro, notre équipe brésilienne a lancé le programme « Na Obra » (« Sur les chantiers ») afin de favoriser l'émancipation des femmes en leur dispensant une formation professionnelle en maçonnerie. Cette initiative permet aux femmes non seulement d'améliorer leur logement mais aussi d'intégrer le marché du travail de la construction.

10.03.2015
 

Objectifs

  • Contribuer à l'autonomisation des femmes de la communauté de Rocinha grâce à une formation professionnelle en maçonnerie;
  • Aider les femmes à intégrer le marché du travail de la construction;
  • Donner aux femmes les moyens d'améliorer le confort, les conditions sanitaires et la sécurité de leur logement.

Résumé

Avec ses 100 000 habitants, Rocinha est la plus grande favela du pays. Elle est située à Rio de Janeiro. Notre équipe brésilienne y développe une initiative de Logement abordable en partenariat avec des ONG, des agences gouvernementales et des universités brésiliennes dont l'objectif est de créer un modèle socioéconomique adapté pour l'amélioration des logements, de dispenser des formations aux métiers de la construction et de fournir des microcrédits. 

Dans le cadre de ce programme, notre équipe a développé en 2014 avec Inova Urbis, une organisation sociale locale, des formations professionnelles en maçonnerie, qui s'adressent aux femmes de tous les âges (de 18 à 70 ans) intéressées par le secteur de la construction.

L'objectif de cette formation n'est pas seulement de permettre aux femmes de développer leurs compétences en construction etainsi améliorer le confort, les conditions sanitaires et la sécurité de leur logement ; mais aussi de les aider à intégrer le marché du travail de la construction, jusqu'à présent largement dominé par les hommes.

Les formations ont porté entre autres sur le ciment, les jointures, le béton, la maçonnerie, la faïence et les revêtements muraux.     

Résultats

Le cursus a été suivi par 27 candidats, dont 25 sont allés au bout - soit 24 femmes et 1 homme.

 
Six mois après la fin de la formation, sur les 25 diplômés, 3 travaillaient comme maçons et 15 rénovaient leur logement (y compris ceux de leurs familles et amis) grâce aux compétences acquises.

Trois autres femmes ont suivi récemment une formation pour être commerciales sur des projets architecturaux.